Blogue - Publications

Attention ! Ne pas abuser de la modération ! Article de Lucien Auger

Apr 07, 2022

Faire notre effort mais être raisonnablement raisonnable...   

Enfin, il est bon de se souvenir qu'il ne semble guère réaliste d'exiger d'être toujours et parfaitement réaliste. Cette adaptation parfaite et constante à la réalité sous toutes ses formes nous semble impossible à atteindre. Comme êtres humains, nous demeurons toute notre vie soumis à l'erreur et c'est souvent en tâtonnant que nous arrivons à être plus réalistes sans jamais parvenir à l'être complètement. Il semble bien que nous soyons tout simplement trop fragiles pour pouvoir nous comporter parfaitement dans quelque domaine que ce soit. Nous venons au monde dans un état de faiblesse et de dénuement sur tous les plans et il est même probable que nous naissions avec une prédisposition à penser de façon déviée et à nous remplir l'esprit de sottises. De plus, alors que nous sommes encore jeunes et vulnérables, nous sommes soumis à l'influence à la fois bénéfique et maléfique de notre entourage. Cet entourage continue d'ailleurs pendant toute notre vie à nous influencer et à nous présenter d'innombrables occasions de nous troubler nous-mêmes. Qu'on pense à la force énorme, bien que subtile, qu'exerce sur chacun de nous la publicité sous toutes ses formes.

D'autre part, il est indiscutable que les facteurs physiques jouent un rôle difficile à préciser dans la production de nos états émotifs. Chacun aura remarqué combien il lui est plus difficile de penser de façon réaliste quand il est fatigué, malade, bousculé par les événements.

Il serait maladroit et nuisible d'utiliser ces considérations comme prétextes à tolérer en soi la présence des idées fausses qui viennent gâter la vie. Elles peuvent cependant être utilisées pour éviter à chacun de se reprocher son manque passager de réalisme, ce qui constituerait une démarche irréaliste de plus. Il sera au contraire réaliste et sain de s'accepter comme on est, c'est-à-dire comme un être fragile mais non écrasé, à la fois doté de la capacité de penser follement et de celle de penser droitement, incapable d'arriver à diriger sa vie toujours de façon utile, mais également capable d'améliorer ses comportements et de diminuer le nombre et l'importance de ses bêtises.

La tolérance envers soi-même et envers les autres est sans doute l'une des attitudes les plus réalistes qu'un être humain puisse acquérir. Cette tolérance l'amènera à ne pas se prendre lui-même trop au sérieux et à considérer d'un oeil bienveillant et même amusé ses propres défaillances et celles des autres. Elle viendra avantageusement remplacer toutes les formes de fanatisme: politique, religieux, social, économique ou même psychologique. Le fanatique considère toujours les êtres humains comme parfaits et oublie sans cesse qu'ils sont faits de terre. Il leur propose donc et tente de leur imposer des systèmes parfaits et infaillibles, leur promettant un bonheur inaltérable s'ils veulent bien se soumettre à ces systèmes.

Une considération plus réaliste ramènera l'homme à ses dimensions plus vraies et ne conduira ni au désespoir ni à l'optimisme exagéré. Il existe à la fois en l'être humain la possibilité de penser et d'agir de façon magnifiquement constructive et celle du contraire. Depuis que le monde est monde, les deux tendances se sont toujours manifestées simultanément et il est bien peu probable qu'il en soit autrement à brève échéance, à la fois dans la société et chez l'individu.

C'est dans ce monde radicalement imparfait que chacun de nous passe sa seule vie, en contact constant avec des êtres tout aussi imparfaits que lui. Il y vivra avec sa tête et avec son coeur, en tentant d'utiliser cette double capacité à son meilleur avantage et à celui de ses congénères.