Blogue - Publications

Passer de la tristesse à la joie - La Bulle Dorée. Article de Pierre Bovo. Épanouissement

article pierre bovo thérapie tristesse Apr 22, 2021

Passer de la tristesse à la joie - La Bulle Dorée

Par Pierre Bovo, Thérapeute d’approche Réaliste

 

Comme toute émotion, la tristesse provient de nos pensées à l’occasion des événements qui se produisent. Elle est produite par l’idée : «Ce qui arrive est dommage, c’est une mauvaise affaire». 

 Encore une fois, il importera de ne pas transformer les simples inconvénients en catastrophes sans nom, à ne pas faire des tempêtes épuisantes dans de simples verres d’eau.  Une saine évaluation des choses et des événements, "réaliste" et adaptative nous permettra d'éviter ces tempêtes stressantes!

Mais je veux attirer votre attention ici sur un autre mécanisme par lequel nous pouvons amplifier notre tristesse et que j'ai nommé La Bulle Dorée

    Il est en effet très facile de faire augmenter notre tristesse grâce à notre imagination.  Et aussi de la faire diminuer grâce à une réflexion sereine et réaliste.  Regardons cela.

    Nous avons tous vécu des événements que nous jugeons comme des événements désavantageux pour nous ou pour les autres. Et souvent, nous regrettons que les événements se soient produits de cette manière. Il nous semble que si cela s’était déroulé autrement, notre vie aurait été meilleure.

    Par exemple, nous nous dirons : «Si tel événement n’était pas arrivé, nous jouirions de telle chose ou de la présence de telle personne, et des activités agréables que nous ferions avec elle. Les choses seraient plus agréables…  Nous ferions des sorties à bicyclette, des pique-niques à la campagne…  Nous serions plus heureux.  Quelle malchance... Comme il est dommage que cet événement se soit produit».  Et nous disant cela, nous ressentirons alors de la tristesse, du regret.  Et plus la perte nous apparaîtra importante, plus grande sera notre tristesse.

La Bulle Dorée 

Il sera utile ici de faire attention à ne pas se "gonfler des bulles dorées"...  Qui seront l'occasion et la cause de beaucoup de tristesse...   Je m’explique.

Il est très aisé de croire fermement que les choses se seraient mieux passées si elles s’étaient passées autrement.  Et si nous croyons avec certitude que les choses se seraient "bien" passées autrement, c'est cette imagination que nous “perdons” !  Et plus je croirai que les choses se seraient mieux passées autrement, plus gonflée sera ma Bulle Dorée et donc plus grande sera ma tristesse, ma déception.  En fait, il est un phénomène remarquable de constater que comme l’imagination n’est pas “embarrassée du poids” de la réalité, il est possible d’imaginer énormément de “bonheurs perdus” et ainsi avoir la réelle impression de perdre énormément…  

Pourtant en réalité nous ne savons pas ce qui se serait passé si le cours des événements avait été autre.  Comment savoir quelle direction auraient pris les événement si les choses avaient été différentes?  Peut-être cela aurait-il été plus avantageux, oui.  Mais peut-être cela aurait-il été pire…  Ce poste que j’ai raté, faute de m’être préparé, m’aurait-il apporté félicité ou malheur?  Nul ne le sait.  Je serais peut-être mort dans un accident en m'y rendant le premier jour...  Vous me direz que je fabule et je vous répondrai que vous avez tout-à-fait raison, tout comme vous fabulez vous aussi en imaginant que les choses se seraient mieux passées autrement...

Il semble donc judicieux de ne pas croire dur comme fer que ce qui est arrivé est nécessairement néfaste ni être sûr qu'autrement aurait été mieux.  Ceci équivaudrait à se payer des émotions négatives à partir d’une hypothèse invérifiable.  Nous pouvons parler avec réalisme de probabilités à ce sujet, pas de certitudes. 

   Pouvons-nous être certains que les choses se seraient passées de manière plus avantageuse pour nous si elles s’étaient déroulées autrement?  

    Puisque une seule seconde de décalage dans les événements change irrémédiablement tous les événements qui suivront, et peut faire la différence entre la vie et la mort, comment puis-je être certain que ce que je vois comme un malheur aujourd’hui n’est pas, en fait, la meilleure chose qui me soit arrivée?

    Il nous est arrivé à tous d’expérimenter ou d’être témoin de situations qui semblaient au départ désavantageuses et qui, finalement, se sont révélées salutaires.  Par exemple, rater un avion et ainsi éviter un écrasement fatal; perdre un emploi et en trouver un qui nous convient cent fois mieux; vivre du stress et découvrir la cause des émotions et la pensée réaliste...

    Nous ne pouvons être sûrs à cent pour cent que ce qui nous arrive est bon ou mauvais. La complexité de la réalité est pratiquement infinie, tant de détails ont une importance déterminante que nous ne pouvons faire d’évaluation qui soit certaine à cent pour cent.

Nous fonctionnons par évaluation des probabilités. Au carrefour des actions, nous évaluons selon nous les conséquences possibles et probables de nos actions et nous choisissons de faire l’action que nous croyons la plus avantageuse pour nous.  

Mais “le grand livre de comment les choses qui ne se sont pas produites seraient si elles s’étaient produites” n'existe pas.

    Quand il nous arrive un problème, faisons attention de ne pas dire : «Quelle mauvaise affaire! » et de plutôt dire : « Quelle mauvaise affaire, possiblement ou probablement!…»  En ajoutant, puis-je retirer une leçon de cette expérience ?

Cela nous permettra de ressentir plus de joie dans notre vie!  Ce qui sera très probablement une bonne affaire!